Le Physioscan : Késako ?

Le Physioscan est un appareil dont le but est de rechercher et de corriger les champs vibratoires émis par l'organisme en passant par le cerveau. 

Il va procéder à une analyse détaillée de l'énergie des tissus et des organes par biofeed-back et bioresonnance, chaque tissu ayant ses propres spectres de fréquence. Il permet de resynchroniser la fréquence des tissus malades à celle des tissus sains, pour retrouver une cohérence vibratoire. Il permet aussi de tester l'efficacité d'un traitement. 
Les cellules en dysfonctionnement reçoivent alors des informations énergétiques sans parasitage permanent. 

Ce système utilise de faibles champs magnétiques. 

Le but du développement de ce type de technologies est de contribuer à soutenir le corps dans sa capacité à s’autoguérir et à tendre vers l’homéostasie c'est à dire l'équilibre optimal du corps. 

C’est d'abord le chercheur, Nicolas Tesla [1856–1943], véritable génie en électronique, qui réalisa les fondements du générateur quantique non linéaire utilisé par la technologie du Physioscan. La technologie a été développée par les russes pour la recherche aérospatiale.

Le Physioscan est capable d’enregistrer l’énergie de plus de 260 cibles corporelles (cellules, tissus, organes, systèmes ostéo-articulaire, nerveux, circulatoire, respiratoire, digestif, hormonal, etc…), puis il montre l’ensemble sur une image. Chaque organe et chaque tissu ont leurs propres spectres de fréquences. Ceux-ci sont stockés dans la mémoire de l’ordinateur et peuvent être affichés à l’écran sous forme d’un graphique qui présente les conditions de l’information échangée entre l’organe et son environnement. Cette représentation graphique de l’organe ou des tissus, et même des cellules, recense des symboles colorés (échelle de 1 à 6) qui montrent le degré de tension et l’endroit précis du déséquilibre énergétique de l’organe. L’interface fonctionne par l’intermédiaire de collecteurs magnétiques montés sur des écouteurs et d’un émetteur  dirigé sur le front du patient.

Le traitement par le Physioscan est validé par de nombreuses statistiques médicales. Il ne remplace pas un traitement médical prescrit par le médecin, mais il permet de vérifier l’efficacité de celui-ci et de le compléter le cas échéant.

Il permet entre autre, de voir de degré de fatigue d'un organe, de rechercher les intolérances alimentaires et allergènes néfastes pour l'organisme. Il permet aussi de cibler une émotion qui aurait pu être à l'origine du déséquilibre. Le champ d'action est très vaste et les possibilités infinies. 

Il est un bon complément pour soutenir  le patient dans la recherche et le traitement de ses troubles divers.

Écrire commentaire

Commentaires: 0